Construire en montagne

L’exemple d’Ayas(1)Commune de la tête de la vallée de l’Evançon, au pied du Mont-Rose. à travers les prix-faits du XVIIe et du XVIIIe siècle

Claudine Remacle

Sommaire: 1. Introduction. 2. Les documents trouvés. 3. Les maîtres artisans. 4. Les espaces de vie dans la maison. 5. Les modèles architecturaux. 6. Les matériaux de construction. 7. Les fouilles et les parois extérieures. 8. Les portes et les fenêtres. 9. Détails techniques et commodités. 10. Le toit, la charpente et les «loges». 11. Les temps du contrat, les temps du chantier. 12. Le prix des constructions et conclusion.

 

  1. Introduction

Les archives notariales d’Aoste constituent une source inépuisable de renseignements qui illustrent la vie quotidienne des siècles passés. Soigneusement conservés et en ordre, les minutaires sont là. Ils attendent des chercheurs décidés à étayer leur sujet de prédilection par des textes. Ils donnent l’occasion d’éclairer les recherches d’un jour nouveau en développant des aspects, ignorés ou mal compris sous l’influence du romantisme dont les idées nourrissent encore aujourd’hui de nombreux clichés sur la façon d’habiter dans les Alpes[2]. Les textes montrent en effet que les paysans ne construisaient pas leur maison de leurs propres mains et qu’ils ne vivaient pas toute leur vie confinés dans leurs montagnes, loin du reste du monde, loin de la ville.

Cunéaz, 2004 - Photo Claudine Remacle.
Cunéaz, 2004 – Photo Claudine Remacle.

Parmi la multitude d’actes notariés (ventes, achats, testaments, inventaires après décès, contrats de mariages, reconnaissances de dettes ou quittances), les prix-faits ne se rencontrent pas souvent. On peut s’estimer très heureux d’en découvrir un par volume. En général, ils sont beaucoup plus rares encore. Certains notaires n’en traitent aucun; d’autres semblent presque spécialisés s’ils en rédigent une demi-douzaine au cours de leur vie active. En Vallée d’Aoste, ces actes portent des noms divers selon les époques: tachia ou tache avant la peste de 1630 et jusque 1660 environ, convention, prisfaict, prefect ou pact aux XVIIe et XVIIIe siècles, capitulation parfois à la fin du XVIIIe. Continuer la lecture de Construire en montagne

References   [ + ]

1. Commune de la tête de la vallée de l’Evançon, au pied du Mont-Rose.

L’architecture typique

L’architecture typique: techniques de construction et typologies

L’inventaire de l’architecture traditionnelle organisé par l’Assessorat à

Claudine Remacle - Photo Alexis Bétemps.
Claudine Remacle – Photo Alexis Bétemps.

l’Instruction et à la Culture depuis de nombreuses années confirme la variété des maisons dans les zones peuplées par les Walser. Grâce à la dendrochronologie, en Vallée d’Aoste, on peut dire avec certitude que l’on a individualisé des bâtiments du XVe siècle, construits peu de temps après leur installation, documentée au XIIIe siècle. Continuer la lecture de L’architecture typique

L’architecture rurale d’Arvier

L’architecture rurale d’Arvier

24 mars 2008 - Photo Claudine Remacle.
24 mars 2008 – Photo Claudine Remacle.

A Arvier, les villages sont, par essence même, des villages de pierre : maçonnerie des murs percés de petites ouvertures, toits couverts de lourdes lauzes. C’est sous la couverture massive de ces vastes toitures que se sont déroulées les longues histoires familiales, dans des espaces de vie peu nombreux et pas toujours confortables.

Les maisons et les familles

Si les conditions matérielles s’y prêtaient, la tradition locale voulait qu’au mariage les jeunes couples quittent le toit paternel. En effet, d’après les recensements de la population, datant de 1782(1)ACA Vol. M, doc.26, 6 octobre 1782., 1858(2)ACA. Vol. M, doc. 45, 1er janvier 1858. et de 1875(3)ACA. Vol. M, doc. , 31 décembre 1875., on se rend compte qu’au XVIIIe et XIXe siècles, la tendance à vivre en formant une famille nucléaire, avec père, mère et enfants prédomine largement: presque 51% en 1782, 64% en 1858, 47% en 1875. En plus, 11% des familles à la fin du XVIIIe siècle et 14,5 % au XIXe sont conduites par un seul parent, touché par le décès du conjoint, avec parfois une ribambelle d’enfants à nourrir. Continuer la lecture de L’architecture rurale d’Arvier

References   [ + ]

1. ACA Vol. M, doc.26, 6 octobre 1782.
2. ACA. Vol. M, doc. 45, 1er janvier 1858.
3. ACA. Vol. M, doc. , 31 décembre 1875.

Villages, hameaux

Valmignanaz, Saint-Vincent. Maisons, surmontée d’un raccard avec aire de battage centrale, construites par les familles Mellé et Séris.
Valmignanaz, Saint-Vincent. Maisons, surmontée d’un raccard avec aire de battage centrale, construites par les familles Mellé et Séris.

La morphologie de l’habitat est liée au relief, à l’orientation des maisons, au choix des matériaux, mais elle est surtout la résultante des chantiers successifs effectués par les familles installées sur le site depuis le bas Moyen-Age. Les modèles architecturaux privilégiés par les usages locaux donnent un caractère particulier à chaque vallée.

Les maisons

Les maisons que les hommes ont bâties autrefois caractérisent nos paysages. Construites comme abri, mais aussi comme outil de production et de conservation des denrées alimentaires, elles sont souvent considérées aujourd’hui comme des marqueurs identitaires de l’environnement.
Les villages de Cogne ont une toute autre physionomie de ceux d’Ayas, de Courmayeur ou de Gressoney. Continuer la lecture de Les maisons